Elie, l'homme au coeur de feu - Rencontre 10

Elie imageDans le cadre de la formation biblique "Elie, l'homme au coeur de feu", retrouvez ci-joint le passage travaillé le 10 septembre dernier pour la dixième rencontre (L'appel d'Elisée), et quelques questions fondamentales en rapport avec ce texte.

 

 

1 Rois 19, 19-21

Elie partit de là et il trouva Elisée, fils de Shaphat, tandis qu'il labourait avec douze paires de bœufs, lui-même étant à la douzième. Elie passa près de lui et jeta sur lui son manteau. Elisée abandonna ses bœufs, courut derrière Elie et dit: «Laisse-moi embrasser mon père et ma mère, puis j'irai à ta suite. » Elie lui répondit: «Va, retourne, que t'ai-je donc fait ?» Elisée le quitta, prit la paire de bœufs et l'immola. Il se servit de l’attelage des bœufs pour les faire cuire, et donna leur chair à ses gens, qui mangèrent. Puis il se leva et suivit Elie comme son serviteur.


QUELQUES PISTES POUR LA VIE SPIRITUELLE

 

Suis-je Elie ?

En tant que parent, accompagnateur, ami, ai-je aidé des personnes à percevoir ce pour quoi elles sont faites, leur vocation, au sens large?

Il ne faudrait pas, bien sûr, se croire mandaté par Dieu pour dire à autrui ce qu'il doit faire. Il s'agit plutôt d'exprimer ce qui semble être les dons, la grâce de l'autre... pour s'effacer ensuite. Deux défauts peuvent nous empêcher d'agir avec justesse dans ce domaine:

  1. L'indifférence qui consiste à dire : « Fais ce que tu veux, c'est ton problème, pas le mien ! » Ce comportement peut s'expliquer soit par un manque d'intérêt pour l'autre, soit par un déficit de confiance dans son discernement spirituel (comme je peux me tromper, je préfère ne pas prendre de risques !). Or nous avons besoin « d'accoucheurs (ses)» qui aident leurs semblables à donner naissance à ce qu'il y a de plus beau et de plus profond en eux

 

  1. Le surinvestissement affectif. Certains parents, prêtres, éducateurs, ne respectent pas la liberté de ceux dont ils ont la charge, croyant savoir, mieux que les personnes concernées, « ce qui est bien pour elles ». Façon d'agir catastrophique qui recourt à l'argument d'autorité, au chantage affectif ou au « harcèlement spirituel » pour dominer autrui. Dieu, au contraire, respecte la liberté, et la fait advenir en l'Homme.

 

Seigneur, viens m'aider

à conjuguer la capacité à interpeller l'autre

dans son projet de vie et le respect de sa liberté.

 

Suis-je Elisée ?

Beaucoup regrettent de n'avoir pas osé, à tel moment de leur vie, saisir une « opportunité vocationnelle » par peur de l'engagement, par manque d'audace, par crainte de déplaire à quelqu'un. Or ces occasions manquées laissent des marques tenaces, qui engendrent amertume, tristesse ou dégoût de soi.

On parle alors de Non Correspondance à l’Appel qui est une vraie maladie spirituelle !

 

L'exemple d'Elisée nous invite à répondre sans tarder à notre vocation, si elle est clairement discernée. Outre l'appel particulier qui est le mien (état de vie, profession...), il y a toujours l'appel universel à suivre le Christ. Parfois, nous sommes ambivalents: nous savons bien ce qu'il faut faire mais nous tardons à l'accomplir, en le remettant à demain.

Si Dieu est l’origine de notre vocation, notre responsabilité, c’est de montrer l’estime que nous donnons à l’honneur qui s’y attache en y répondant favorablement. Car il est vrai que nous pouvons donner une fin de non-recevoir aux appels de Dieu. Dieu n’oblige personne à se convertir ; il n’oblige personne à le servir. Dieu peut nous convaincre mais il nous appartiendra toujours de répondre à son appel. Dieu ne bousculera jamais personne ; personne ne sera sauvé contre son gré et personne ne servira le Seigneur de force et cela est ici illustré dans la biographie du prophète Elisée.

 

Demain, je m'arrêterai de fumer,

demain, je mettrai de l'ordre dans ma vie, et je reverrai mes priorités.

Demain, je penserai aux « choses de Dieu » et je prierai...

OR LE CHRIST NOUS APPELLE AUJOURD'HUI.

Pour le miracle de ma conversion, Jésus ne veut pas de délai ! Pour honorer l'appel de Dieu et ma propre vie de disciple, je dois entendre ce message qui me dit de suivre le Maître tout de suite et sans conditions préalables.

 

N'ATTENDONS PAS:

pour devenir chrétien

pour commencer à prier régulièrement

pour lire les Saintes Ecritures

pour demander pardon à Dieu de toutes nos fautes

pour reprendre le chemin de l'Eglise

pour demander pardon à ceux à qui nous avons fait du mal

pour pardonner à ceux et celles qui nous ont offensés, qui ont brisé nos vies

pour nous débarrasser de toutes nos mauvaises habitudes, des occasions de péché

pour entrer dans une vie nouvelle avec et pour le Christ

pour témoigner de notre foi ; partageons le peu que nous connaissons de Jésus

pour nous mettre au service des autres, surtout de ceux qui ont besoin de notre aide

pour mettre en pratique ce que l'Esprit Saint nous montre et que nous sommes les seuls à connaître.

 

« Aujourd’hui je prends une décision : …

Il faut décider ! L’appel au service vous est lancé, le manteau du prophète tombe sur vos épaules

 

Qu’allez-vous répondre ? Allez-vous répondre, « Seigneur, je suis prêt à te suivre, je suis prêt à te donner ma vie tout entière ? Jusqu’ici, Seigneur, je t’ai suivi de loin, j’ai été tiède, je n’ai pas véritablement payé le prix d’une consécration à un salut que toi tu as payé si cher et je m’en humilie devant toi.

Seigneur, j’accepte de faire de grandes choses pour toi en suivant d’abord le chemin de l’humilité ! 

« AUJOURD'HUI JE COMMENCE POUR TOI ET AVEC TOI. AMEN. »

 

Quel est ou quel sera la nature de votre appel particulier ?

Ce sera à vous de le découvrir par la prière et l’étude de la Parole de Dieu, mais le point de départ c’est de dire « Seigneur, je suis disponible, Seigneur tu pourras venir n’importe quand, même si je suis au labour des champs comme Elisée. Seigneur, n’importe quand à n’importe quelle heure ou circonstance de ma vie, je dirai comme le jeune Samuel : « Parle Seigneur, ton serviteur écoute ! ».

 

 

Geste de la chasuble rouge sur la personne

 

Pourquoi une chasuble ?

Chasuble qui évoque le vêtement du prêtre qui offre, du prophète qui parle et du roi qui gouverne.

Participation au ministère sacerdotal, prophétique et royal de tout baptisé

 

Pourquoi rouge ?

Rouge comme la couleur de l’Esprit-Saint qui couvrit Marie de son ombre

 

 

Liste des qualités et fonctions des vrais prophètes en 11 points. En voici un condensé :

1. Des hommes appelés de Dieu

L'appel de Dieu se trouve partout dans la Bible et tous les serviteurs de Dieu sont appelés (en principe !). Ce n'est pas la société qui appelle mais Dieu lui-même. L'appel de Dieu est unique chacun le vivra différemment mais il est nécessaire car le ministère est difficile, il n'y a pas de promesses de salaire ou de bonheur. Nous sommes individuellement responsables devant Dieu pour notre appel.

2. Des porte-paroles de Dieu, des prédicateurs

- Les prophètes parlaient avec assurance et confiance au nom de Dieu. Ils étaient appelés à prêcher ce que Dieu leur disait (Hb 1. 1 ; 2P 1. 21 ; 1P 4. 10-11);
- Le pasteur, aujourd'hui, a un double rôle : Il intercède et apporte le peuple devant Dieu (sacrificateur) et il apporte la Parole de Dieu aux brebis (prophète). Son devoir est de savoir ce que Dieu dit.

3. Des hommes de la Parole

- Les prophètes connaissaient parfaitement les conditions pour les promesses et conséquences de la désobéissance (Lv 26. 1-39 ; Dt 28. 1-42 - malédictions / bénédictions). Ils savaient aussi quelles étaient les conséquences et la gravité de l'idolâtrie (Dt 4. 15-40);
- Être prophète n'est pas prédire l'avenir mais répéter les prédictions déjà révélées et dire ce qui est écrit. Dans l'Ancien Testament, le rôle du prophète était d'identifier le péché et les actions d'Israël ainsi que les conséquences du péché. Ils n'ont rien inventé;
- Le problème de la prophétie aujourd'hui, c'est que souvent, elle ne vient de nulle part, sans condition, sans fondement biblique. Elle nourrit l'ego. Les prophètes ne faisaient pas cela mais ils discernaient les problèmes du peuple malgré les apparences. Ils voyaient la fondation de la parole de Dieu s'affaiblir. Leur cri était de réveiller les gens et de les ramener vers la Parole comme des bons défenseurs de l'alliance. Ils avaient pour mandat de rendre contemporain l'ancienne alliance, l'exode, le désert et la loi. Le prédicateur a un mandat similaire aujourd'hui.

4. Des hommes de courage

- Persécution, opposition, découragement, isolement, cœurs brisés... Jérémie aurait bien voulu abandonner mais il ne pouvait pas;
- Ce sont les anciens qui venaient consulter Ezechiel (Ez. 14. 1-5) et il devait avoir le courage de les reprendre sur des choses cachées. Même s'ils étaient des amis, il fallait les confronter. Tout prédicateur doit savoir redresser ses amis, les gens riches...;
- Persévérants malgré l'opposition et la persécution (Hb 11. 32, 36-39), les prophètes apparaissaient toujours dans des moments de crise, ce qui accentuait leur manque de popularité (Jr 37. 2). La nature humaine cherche le compliment mais les prophètes n'en donnaient pas souvent.

5. Des hommes de don pour Israël

Les prophètes étaient comme la délivrance et Dieu les voyait comme des cadeaux pour le peuple (Am. 2. 10-12), des bénédictions. La société ne réalise pas le privilège d'avoir des hommes de Dieu parmi elle (Os 12. 14). Un pasteur est un don et l'église est un cadeau. On ne choisit pas le ministère mais Dieu le donne à l'Église.

6. Des hommes de l'esprit

- Michée peut paraître prétentieux mais il était réaliste (Mi 3. 8);
- Le Saint-Esprit utilisait Ézéchiel (Ez 2, 12, 24, 11, 37) comme une puissance pour accomplir une œuvre;
- Les prophètes étaient remplis de l'Esprit et sensible à L'Esprit. Malgré leur grande expérience spirituelle, jamais ils n'ont perdu leurs capacités mentales, intellectuelles. Ils ne sont pas tombés en transe mystique ou inconscients, voir saouls. C'était toujours rationnel. Ils ont choisi d'obéir à Dieu et jamais ils ne faisaient des choses sans contrôle.

7. Des hommes de solitude

Plus que la prière, ils passaient des moments de solitude (Ha 2. 1 ; Es 21. 6-10). La prédication, c'est crier publiquement ce qu'on a entendu en secret (2Co 13. 13). Jérémie était dans la solitude mais il y avait de la joie et de l'allégresse dans sa communion avec Dieu (Jr 15. 17, 16).

8. Des hommes d'intercession

- Amos priait pour des gens qui lui demandaient de se taire (Am 7. 1-3);
- Moïse et Abraham ont fait cela. Ils ont eu la capacité de prier pour leurs ennemis. Dieu ne prend aucun plaisir à détruire l'homme et nous devrions plus souvent nous arrêter pour prier dans le malheur. Michée souffrait à cause de la condition spirituelle du peuple (Mi 1. 8);
- Dieu recherche des hommes qui prient avec des soupirs et des gémissements pour mettre Sa marque sur leurs fronts (Ez 9. 4);
- " Oh! si ma tête était remplie d'eau, Si mes yeux étaient une source de larmes, Je pleurerai jour et nuit les morts de la fille de mon peuple! " (Jr 9. 1).

9. Des serviteurs

Les prophètes étaient des hommes de travail qui se levaient de bonne heure (Jr 7. 25). " Servir = obéir ", pour les bonnes et les mauvaises choses. Ézéchiel prêchait le lendemain du décès de son épouse. Des serviteurs indignes qui ne méritent pas le privilège et la grâce de servir Dieu. Dieu nous demande d'être fidèles dans les petites comme dans les grandes choses et de ne pas se comparer aux autres.

10. Des hommes qui avaient un message éternel

Pour les générations futures (Es 30. 8). C'est biblique d'étudier les prophètes. Ne pas prêcher sur les prophètes, c'est priver la congrégation. Nous prêchons un message éternel qui va au-delà de la thérapie, notre ministère doit être plus que thérapeutique.

11. Des hommes qui avaient des prédictions réalisées

- Sauf pour Jonas parce que c'était conditionnel à la repentance;
- La réalisation des prophéties est une des distinctions les plus concrète avec les faux prophètes. Cependant, n'oublions pas que toutes les prophéties de Dieu son vraies et précises mais toutes les prophéties précises et vraies ne sont pas toujours de Dieu. Les prophètes annonçaient des choses sur Christ en sachant qu'ils n'y goûteraient pas (1P 1. 10-12). Ils recherchaient dans la Parole et ils avaient en eux l'esprit de l'avenir (Rm 1. 2).

Nous pouvons dire, pour conclure, que Dieu n'est pas indifférent face à notre monde (souffrance, péché, cris,...) et qu'Il est toujours plus intéressé du sort du monde que nous. La méthode de Dieu pour faire quelque chose, c'est de trouver quelqu'un. On évalue un prophète au caractère de son message et à son propre caractère (intégrité, spiritualité, connaissance, fidélité). Que Dieu vous bénisse !