La Miséricorde : point de convergence entre François et Ignace

IFF


« De quel nom veux-tu être appelé ? ». A cette question qui lui était posée juste après son élection, le cardinal Bergoglio a répondu : « Je serai appelé François, en mémoire de saint François d’Assise. »

Alors j’ai vu se superposer dans mon esprit les figures de saint François et de saint Ignace. (…) Un point de convergence entre eux est celui de la miséricorde.

C’est l’histoire de François qui, retourné par la miséricorde de Dieu dans sa prison, à Spoleto, partira sur les routes comme un pèlerin, un pauvre troubadour, annonçant l’Évangile à toute la création. C’est aussi le chemin spirituel d’Ignace de Loyola. Il rêvait de gloire et de faits d’armes, mais blessé dans son corps, puis bouleversé par la lecture des vies de saints, à Loyola, il devint un compagnon de Jésus, brûlant de communiquer à tous la joie de la miséricorde. L’un comme l’autre ont entraîné beaucoup de frères dans « la Compagnie de Jésus » et « l’Ordre des Frères mineurs » *.

Au moment où l’Eglise va célébrer le dimanche après Pâques comme dimanche de la miséricorde (cf. prière du chapelet de la Miséricorde divine), le pape François prendra possession de la basilique Saint Jean de Latran, comme pour établir son diocèse de Rome sous la miséricorde de Dieu. Une occasion de plus pour nous de laisser cette miséricorde nous inonder de sa grâce et de laisser le Seigneur nous choisir.

* Préface du cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon, au livre « Amour, Service & Humilité : Exercices spirituels donnés à ses frères évêques à la manière de saint Ignace de Loyola » par le cardinal Jorge Maria Bergoglio (Editions Magnificat).