Dans News

Tous ceux qui abordèrent la miraculée durent entendre les louanges de sa Bienfaitrice et subir l’action que sa parole convaincue ne pouvait manquer de produire.

Or, parmi les visiteurs de Mlle Jaricot, se trouvait un humble prêtre du diocèse de Belley. Sa paroisse, une des plus misérables de la région, était au nombre de celles que Paul ne secourait, et l’homme de Dieu venait de temps à autre tendre la main pour ses pauvres. Quelle que fût l’humilité du prêtre, il n’avait point passé inaperçu dans la foule de ceux qui puisaient aux mains constamment ouvertes de la riche Lyonnaise (les belles âmes se révèlent toujours), car elle lui conserva comme à un privilégié une relique de sainte Philomène. « Monsieur le Curé, dit-elle en la lui remettant, ayez grande confiance en cette Sainte ; elle vous obtiendra tout ce que vous lui demanderez ».

Ce prêtre était le curé d’Ars, la grande figure sacerdotale de ce siècle !

Que se passa-t-il aussitôt dans l’âme du saint ? Dieu seul le sait, mais à dater de ce jour, le Prêtre et la Vierge ne se quittèrent plus. Lui, parlait constamment d’elle avec une tendresse inspirée, et elle faisait avec une docilité d’enfant tout ce qu’il voulait. Quelque faveur qu’on lui demandât en son nom, elle l’accordait. Ne se crut-il pas un jour obligé de modérer sa complaisance ? oh ! non pas qu’il eût l’idée de diminuer ses grâces, mais il trouvait que tant de miracles faisaient trop parler de lui.

Heureusement la petite Sainte ne l’écouta guère, et non seulement elle continua ses prodiges, mais encore elle voulut en faire un pour lui-même. C’était en 1843. A force de se priver de tout, de nourriture, et de feu, le saint homme avait gagné une fluxion de poitrine. Il était très mal, on venait de lui administrer les derniers sacrements, et l’on n’attendait plus que le dénouement fatal, lorsque tout à coup, pendant qu’une messe se disait pour lui à Sainte Philomène, on le voit s’endormir doucement, puis bientôt se réveiller absolument guéri. « C’est une opinion générale, dit M. Monnin, son historien, que sainte Philomène lui était apparue, et lui avait dit des choses qui ont fait, jusqu’au terme de sa longue vie, la consolation du saint prêtre. » Durant ce sommeil mystérieux, on l’entendait murmurer plusieurs fois le nom de sa douce protectrice. Un tableau placé dans la belle chapelle de la Sainte, à Ars, perpétue le souvenir de cette miraculeuse guérison.

L’effet naturel de cette faveur fut de resserrer encore l’union du saint prêtre et de l’aimable enfant. « Leurs coeurs allèrent toujours s’unissant de plus en plus, dit son biographe, au point qu’il y avait entre eux dans ces dernières années, on le sait par des confidences réitérées, un commerce immédiat et direct, et, dès lors, le saint vivant eut avec la bienheureuse, la familiarité la plus douce et la plus intime. C’était d’une part une perpétuelle invocation, de l’autre une assistance sensible, une sorte de présence réelle. »

A combien d’âmes le saint Curé a-t-il fait partager son amour ? A des millions sans doute, car on sait que pendant vingt-cinq ans l’église d’Ars n’a pas désempli, et personne n’y est entré sans entendre le doux vieillard parler de sa petite Sainte. Sans quitter son village, il a couvert la France de sanctuaires en son honneur. On lui envoyait de tous côtés des statues à bénir, pour lui montrer que c’était à lui qu’on devait de la connaître. En 1859, l’année de sa mort, on peut bien dire qu’il avait mis la France aux pieds de sainte Philomène.

Articles récents

Tapez votre recherche et appuyez sur entrée