Dans News

Pour mieux connaître ce temps liturgique, l’aimer et ne pas jeûner « idiot » !

QU’EST-CE QUE LE CARÊME ?

On appelle « Carême » la période de quarante jours (quadragésime) réservée à la préparation de Pâques et marquée par l’ultime préparation des catéchumènes qui doivent recevoir le Baptême le jour de Pâques. « L’Église s’unit chaque année par les quarante jours du Grand Carême au mystère de Jésus dans le désert » (Catéchisme de l’Église catholique, n° 540)

Le Carême commence le Mercredi des Cendres, mercredi 6 mars 2019, et s’achève le Jeudi Saint, le 18 avril 2019, avant la célébration de la Cène du Seigneur. La Semaine Sainte, qui commence avec le dimanche des Rameaux 14 avril 2019, commémore la Cène, la Passion et la mort du Christ sur la Croix. Le Samedi Saint au soir et le dimanche de Pâques, le 21 avril 2019, les chrétiens célèbrent la résurrection du Christ.

La Messe chrismale aura lieu le Lundi Saint 14 avril en présence de Mgr Turini à 18 h 30 à la Cathédrale d’Elne.

DEPUIS QUAND VIT-ON LE CARÊME ?

Depuis le 4ème siècle, on commence à le constituer comme temps de pénitence et de renouvellement pour toute l’Église, avec la pratique du jeûne et de l’abstinence. Conservée avec vigueur dans les églises d’Orient, la pratique pénitentielle du Carême s’est assouplie en Occident, mais on continue à y observer un esprit de pénitence et de conversion.

QUELS SONT LES ASPECTS PASTORAUX QU’IL CONVIENT DE SOULIGNER PENDANT LE CARÊME ?

Le temps du Carême est un temps liturgique fort, dans lequel toute l’Église se prépare à la célébration des fêtes pascales. La Pâque du Seigneur, le Baptême et l’invitation à la réconciliation, par le sacrement de la Pénitence, sont ses grandes coordonnées.

Il est conseillé d’utiliser comme moyen pastoral :

1) la catéchèse du Mystère pascal et des sacrements ;
2) l’exposition et la célébration abondante de la Parole de Dieu
3) la participation, si possible quotidienne, à la liturgie de carême, aux célébrations pénitentielles et, surtout, à la réception du sacrement de pénitence :
4) les exercices spirituels, les pèlerinages en signe de pénitence, les privations volontaires comme le jeûne et l’aumône et les œuvres caritatives et missionnaires.

A QUOI NOUS INVITE L’ÉGLISE ET QUEL EST L’ESPRIT DU CARÊME ?

L’Église nous invite à faire du Carême un temps de retraite spirituelle collectif dans lequel l’effort de méditation et de prière doit être soutenu d’un effort de mortification personnelle, laissée à la libre générosité de chacun, durant quarante jours. L’Église propose à ses fidèles l’exemple du Christ pendant sa période au désert, se prépare à la célébration des solennités pascales, dans la purification du cœur, la pratique parfaite de la vie chrétienne et une attitude de pénitence.

QUELLE EST LA GRACE DU CARÊME ?

Le Carême se vit par une authentique et profonde conversion personnelle et communautaire pour nous préparer de cette manière à la plus grande fête de l’année : le dimanche de la Résurrection du Seigneur.

QU’EST-CE QUE LA CONVERSION ET COMMENT LA CONCRÉTISER ?

Se convertir veut dire se réconcilier avec Dieu, s’éloigner du mal, pour établir une relation d’amitié avec le Créateur.

La concrétiser en réalisant des œuvres de conversion, comme par exemple :

1. S’approcher du Sacrement de Réconciliation (Sacrement de la Pénitence ou Confession) et faire une bonne confession : claire, concise, concrète et complète. Cela suppose le repentir. Une fois rétablis dans la grâce (sans conscience de péché mortel), nous devons prendre la résolution de changer de l’intérieur (dans les attitudes) tout ce qui ne plaît pas à Dieu.
2. Dépasser les divisions par le pardon, et grandir dans l’esprit fraternel.
3. Pratiquer les Œuvres de miséricorde.

QUELLES SONT LES ŒUVRES DE MISÉRICORDE ?

Les œuvres de miséricorde spirituelles sont :

    • Enseigner l’ignorant / Conseiller celui qui en a besoin.

    • Corriger l’égaré / Pardonner les injures.

    • Consoler le triste / Souffrir avec patience les adversités et les faiblesses du prochain.

    • Prier Dieu pour les vivants et pour les morts…

Les œuvres de miséricorde fraternelles sont :

    • Visiter le malade / Donner à manger à celui qui a faim.

    • Donner à boire à celui qui a soif / Secourir le captif.

    • Vêtir celui qui est sans vêtement / Accueillir le pèlerin.

    • Veiller les agonisants / Prier pour les âmes du Purgatoire

POURQUOI DIT-ON QUE LE CARÊME EST UN « TEMPS FORT ET PÉNITENTIEL » ?

« Les temps et jours de pénitence au cours de l’année liturgique (le temps du carême, chaque vendredi en mémoire de la mort du Seigneur) sont des moments forts de la pratique pénitentielle de l’Église. Ces temps sont particulièrement appropriés pour les exercices spirituels, les liturgies pénitentielles, les pèlerinages en signe de pénitence, les privations volontaires comme le jeûne et l’aumône, le partage fraternel (œuvres caritatives et missionnaires) ». (Catéchisme de l’Église catholique, n° 1438)

QUELLES SONT LES OBLIGATIONS D’UN CATHOLIQUE PENDANT LE CARÊME ?

Il doit accomplir le précepte du jeûne le mercredi des Cendres et le Vendredi Saint et celui de l’abstinence chaque vendredi, ainsi que la confession et la communion.

QU’EST-CE QUE LE MERCREDI DES CENDRES ?

C’est le début du Carême ; un jour particulièrement pénitentiel, dans lequel on manifeste notre désir personnel de CONVERSION à Dieu.

En recevant l’imposition des Cendres dans les églises, on exprime avec humilité et sincérité de cœur que nous voulons nous convertir et croire en l’Évangile.

QUELLE EST L’ORIGINE DE LA PRATIQUE DES CENDRES ?

L’origine de l’imposition des cendres appartient à la structure de la pénitence canonique. Elle commence à être obligatoire pour toute la communauté chrétienne à partir du 10ème siècle. La liturgie actuelle conserve les éléments traditionnels : imposition des cendres et jeûne rigoureux.

A QUEL MOMENT SE VIT L’IMPOSITION DES CENDRES ?

La bénédiction et imposition des cendres se fait pendant la Messe, après l’homélie ; en des circonstances particulières, on peut les faire pendant une célébration de la Parole. Les formules de l’imposition des cendres sont inspirées des Écritures : Genèse 3, 19 et Marc 1, 15.

D’OÙ VIENNENT LES CENDRES ?

Les cendres viennent des rameaux bénis pendant le Dimanche des Rameaux de l’année précédente, suivant une tradition qui remonte au 12ème siècle. La formule de bénédiction rappelle la condition de pécheur de qui la reçoit…

QUEL EST LE SYMBOLE DES CENDRES ?

Le symbolisme des cendres est le suivant :

a) Condition de faiblesse, de vanité, de péché de l’homme, qui avance vers la mort ;
b) Prière et supplication ardente pour que Dieu lui vienne en aide ;
c) Résurrection, étant donné que tout homme est appelé à participer au triomphe du Christ.

QUE DOIT-ON VIVRE PENDANT LES VENDREDIS DE L’ANNÉE ?

En souvenir du jour de la mort de Jésus-Christ sur la sainte Croix, « pendant tous les vendredis, à moins qu’ils ne coïncident avec une Solennité, on doit observer l’abstinence de viande, ou de tout autre aliment déterminé par la Conférence épiscopale ; on gardera jeûne et abstinence le mercredi des Cendres et le Vendredi Saint. » (Code de droit canonique, 1251)

EN QUOI CONSISTE LE JEÛNE ?

Le jeûne consiste à faire un seul repas pendant la journée, avec une alimentation frugale le matin et le soir. On ne doit rien manger entre les repas, sauf cas de maladie.

QUI EST TENU AU JEÛNE ?

Tous ceux qui sont majeurs, jusqu’à l’âge de 59 ans. (CEC, n° 1252)

QU’EST-CE QUE L’ABSTINENCE ?

L’abstinence est le fait de se priver de viande (rouge, blanche ou dérivée).

Can. 1251 – L’abstinence  de  viande ou d’une autre nourriture, selon les dispositions de la conférence des Évêques, sera observée chaque vendredi de l’année, à moins qu’il ne tombe l’un des jours marqués comme solennité ; mais l’abstinence et le jeûne seront observés le Mercredi des Cendres et le Vendredi de la Passion et de la Mort de Notre Seigneur Jésus Christ.

QUI EST TENU A L’ABSTINENCE ?

Can. 1252 – Sont tenus par la loi de l’abstinence, les fidèles qui ont quatorze ans révolus; mais sont liés par la loi du jeûne tous les fidèles majeurs jusqu’à la soixantième année commencée.  Les pasteurs d’âmes et les parents veilleront cependant à ce que les jeunes dispensés de la loi du jeûne et de l’abstinence en raison de leur âge soient formés au vrai sens de la pénitence.

PEUT-ON CHANGER LA PRATIQUE DU JEÛNE ET DE L’ABSTINENCE ?

On ne doit pas vivre le jeûne ou l’abstinence comme une imposition, mais plutôt comme un moyen concret par lequel l’Église nous invite à croître dans le véritable esprit de pénitence.

QU’EST-CE QUE LA PÉNITENCE ?

La pénitence, traduction latine du mot grec « metanoia » qui signifie « conversion » (littéralement « changement d’esprit ») du pécheur, désigne tout un ensemble d’actes intérieurs et extérieurs en vue de la réparation du péché commis et l’état de fait qui en résulte pour le pécheur.

Littéralement « changement de vie » se dit de l’acte du pécheur qui revient vers Dieu après s’être éloigné de lui, ou de l’incroyant qui reçoit la foi…

QUELLES SONT LES MANIFESTATIONS DE LA PÉNITENCE ?

La pénitence intérieure du chrétien peut avoir des expressions très variées. « L’Écriture et les Pères insistent surtout sur trois formes : le jeûne, la prière et l’aumône, qui expriment la conversion par rapport à soi-même, par rapport à Dieu et par rapport aux autres. A côté de la purification radicale opérée par le Baptême ou par le martyr, ils citent comme moyen d’obtenir le pardon des péchés les efforts accomplis pour se réconcilier avec son prochain, les larmes de pénitence, le souci du salut du prochain, l’intercession des saints et la pratique de la charité « qui couvre une multitude de péchés » (1 Pierre 4, 8) (Catéchisme de l’Église catholique, n° 1434)

COMMENT FAIRE PÉNITENCE ?

« Tous les fidèles, chacun à sa manière, sont obligés par la loi divine à faire pénitence ; cependant, afin que tous s’unissent à une pratique commune de pénitence, on a fixé certains jours pénitentiels pendant lesquels les fidèles se dédient de manière particulière à la prière, réalisent des œuvres de piété et de charité, et s’oublient soi-même en accomplissant ses propres obligation avec la plus grande fidélité et, surtout, en observant le jeûne et l’abstinence. » (Code de droit canonique, 1249)

QUELS SONT LES JOURS ET LES TEMPS PÉNITENTIELS ?

« Dans l’Église universelle, tous les vendredis de l’année et le temps de carême sont des jours et des temps de pénitence. » (Code de droit canonique, 1250) 

Articles récents

Tapez votre recherche et appuyez sur entrée